"Un vieillard qui disparaît, c'est une bibliothèque qui brûle."

Ce site a été mis en ligne le 28 juin 2020. Il se veut lieu de mémoire, pour recueillir des souvenirs avant que nos bibliothèques ne brûlent.

Après un an, voici son premier bilan.

Le Pays d’Yveline est présent sous forme de blog, à l’adresse yveline.org, et sur le réseau FaceBook, à l’adresse Le Pays d’Yveline.

En un an 14 465 visiteurs différents sont venus consulter 70 730 pages

les 10 pages les plus visitées (cliquez pour agrandir)

Les Cahiers d’Yveline sont envoyés chaque samedi midi aux abonnés ( à ce jour 273). Outre quelques informations; ils annoncent les nouveaux articles mis en ligne dans la semaine, dans les trois rubriques  :

  • Les nouvelles d’hier : 64
  • Silhouettes : 6
  • Les Brèves : 41

Ainsi que 8 articles du musée imaginaire animé par Jocelyne Bernard (le prochain en septembre)

Ces articles sont également annoncés, la semaine suivante, sur la page FaceBook.

Cette page a 690 abonnés, mais ses publications étant assez souvent relayées sur d’autres pages, elles amènent au site un nombre important de visiteurs.

Par exemple au cours du dernier mois : la page a été vue par plus de 15 000 personnes, et 5 000 ont réagi (sont venues sur le site, ont relayé un article, ont déposé un commentaire…).

L’origine des visiteurs du site se décompose comme suit :

  • 60% viennent des réseaux sociaux
  • 20% du Cahier d’Yveline hebdomadaire
  • 12% de sites référents
  • 8% des moteurs de recherche

L’objectif est d’augmenter le pourcentage de visiteurs en provenance des moteurs de recherche, en améliorant la popularité du site, qui reste encore trop peu référencé.

Un dernier chiffre : 58% des connections sur le site sont faites avec un smartphone.

Je rappelle que le site ne recueille aucune donnée personnelle (en dehors de l’adresse mail de nos abonnés) et n’en fait aucune exploitation d’aucune sorte.

Et maintenant :

Outre un rajeunissement de la page d’accueil, le changement tient aujourd’hui dans la présentation des articles.

Ils étaient publiés sous forme de document PDF ( format idéal pour le téléchargement et l’impression). Ce format continue d’exister ( accessible par le bouton situé à droite de l’article).

Mais l’article est désormais aussi lisible directement sur la page du site. Ceci présente deux avantages :

  • un meilleur référencement dans les moteurs de recherche, et une recherche qui ne se fait, pas seulement sur le titre et le résumé, mais sur tout le contenu de l’article,
  • la possibilité d’utiliser le mode lecture du navigateur, et donc de changer la police, ou d’écouter l’article en version sonore (en voix synthétique!)

Les anciens articles seront progressivement remis en ligne sous cette nouvelle présentation (et certains seront complétés à cette occasion pour y intégrer de nouveaux documents ou renseignements collectés depuis leur publication.)

Il me reste à vous remercier de me suivre, certains depuis le début de ce blog. L’intérêt que vous portez au Pays d’Yveline, et vos nombreux témoignages de sympathie me sont précieux.

Christian Rouet

Cet article a 4 commentaires

  1. Jocelyne

    Bravo Christian pour tout ce travail et la diversité des sujets abordés. Pour qui aime Rambouillet et son histoire la vulgarisation est une ouverture remarquable sur ce qui a façonné notre ville et ses environs ; elle aiguise la curiosité. Elle comble réellement un manque : le regard sur notre petite histoire était quasi inexistant à Rambouillet et c’est pourtant cette histoire sur laquelle repose notre présent.Merci

  2. Eric Thibaut

    Bravo, chirstian, pour le travail accompli. Je n’ai rien à voir avec Rambouillet, et pourtant je m’intéresse maintenant à l’histoire et aux anecdotes liées à cet endroit. Merci !

    1. GRUEL Marie-Thérèse

      Merci pour la création de votre site et vos articles toujours intéressants.

  3. Fischer

    Bonjour Christian, c’est un délice de découvrir, grâce à ce site Internet, le patrimoine ainsi que la manière dont vivaient les habitants de Rambouillet et sa région au cours du millénaire précédent. Bravo et longue vie au site les Cahiers d’Yveline.

Laisser un commentaire